ALLOCUTION DU PRESIDENT DE L’ALBTP, Dr KOUAKOU KOFFI Amédé

Excellence Monsieur le Ministre des Travaux Publics, représentant personnel de Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ; Monsieur le Secrétaire d’Etat auprès du ministère des TP chargé des...
  • Excellence Monsieur le Ministre des Travaux Publics, représentant personnel de Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
  • Monsieur le Secrétaire d’Etat auprès du ministère des TP chargé des routes ;
  • Monsieur le Président du Comité Transnational des Géotechniciens d’Afrique (CTGA) ;
  • Monsieur le Gouverneur de la région du littoral ;
  • Monsieur le Représentant du Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Douala ;
  • Messieurs les Directeurs Généraux des Laboratoires du Bâtiment et des Travaux Publics d’Afrique ;
  • Mesdames et Messieurs les experts d’Afrique et d’Europe ici présents ;
    Chers amis étudiants parce que nous devons en avoir dans cette salle pour assurer la relève de demain,
  • Mesdames et Messieurs tous en vos rangs et grades et qualités ;

C’est pour moi un honneur et un agréable plaisir de prendre la parole devant cette illustre assemblée, au nom de tous mes collègues, membres de l’Association des Laboratoires du Bâtiment et des Travaux Publics d’Afrique (ALBTP).

Avant tout propos, je voudrais remercier le Comité d’Organisation des 8ème Journées Africaines de la Géotechnique et à travers lui, les plus hautes autorités du CAMEROUN, le Comité National des Géotechniciens du Cameroun et le LABOGENIE pour avoir accepté d’abriter les présentes assises de l’ALBTP et du CTGA.

Je voudrais tout particulièrement féliciter Monsieur le Directeur Général du LABOGENIE, Vice-Président de l’ALBTP, qui une fois de plus a relevé le défi de l’organisation de cette édition des JAG 2016.
En effet, lorsqu’en juillet 2015, à la clôture de la dernière édition de Yamoussoukro en Côte d’Ivoire, il avait pris l’engagement d’organiser les futures assises, nous n’avions point douté de sa capacité à le tenir car il en a l’habitude et ceux qui étaient à KRIBI en 2011 se souviennent encore de leur parfaite organisation.

Nos remerciements vont également à l’endroit de tous les experts qui nous font l’amitié de venir partager leurs expériences avec nous sur ce thème cher à l’Afrique, celui de son émergence et de son développement.

Mais peut-on parler de développement sans aborder les questions des infrastructures, donc de la place de la géotechnique dans ce nouveau contexte ?

Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs, le thème choisi pour nos travaux (je cite) « Géotechnique et émergence sociale et économique des pays d’Afrique intertropicale » revêt une importance capitale pour nos gouvernants et cadre bien avec l’actualité dans nos différents pays.

En effet, de nombreux défis s’offrent à nous à savoir la dégradation précoce de nos ouvrages liée pour une bonne partie à une mauvaise caractérisation de nos matériaux et, dans certains cas, à une absence ou une insuffisance des études géotechniques.

Mesdames et Messieurs, c’est à juste titre que l’une des recommandations des dernières Journées Africaines de la Géotechnique de Yamoussoukro en Côte d’Ivoire a porté sur la mise en place de référentiels techniques dans le domaine du génie civil en Afrique.

En effet, la plupart des documents et logiciels techniques utilisés dans le domaine des routes, des fondations d’ouvrages, des bâtiments, des ponts, en somme dans la construction des ouvrages de génie civil de façon générale, sont tous quasiment issus des pays à climat tempéré. La réalité est que nous avons des climats différents, des végétations différentes, des pluviométries différentes et des sols différents.

Et nous ne disposons pas de données techniques suffisantes sur nos matériaux africains. L’ALBTP et le CTGA voudraient se féliciter d’avoir entamé les travaux de ce vaste chantier pour l’élaboration de référentiels techniques adaptés à notre climat. Ainsi, les 25 et 26 avril dernier nous avons adopté à Abidjan en Côte d’Ivoire, au terme de plusieurs mois de travaux, un guide technique sur le traitement des bétons dégradés en Afrique Intertropicale. Nous aurons l’occasion de vous le présenter lors de nos travaux. Ce guide constitue donc le premier d’une série de documents que nous devons élaborer. Les prochains guides traiteront des questions des routes, des bâtiments et des fondations d’ouvrages. J’émets donc le vœu de voir nos associations (c’est-à-dire l’ALBTP et le CTGA) poursuivre l’élaboration de ces documents, car l’émergence ne saurait se faire sans des ouvrages fiables et durables.
Je voudrais donc profiter de cet instant pour renouveler nos remerciements appuyés à des imminentes personnalités qui nous ont accompagnés dans l’élaboration de ce guide. Je veux citer :

Le Professeur Elie ABSI, Président de l’Union Internationale des Ingénieurs et des Scientifiques utilisant la langue Française (UISF) ;

Monsieur Robert Christian TRIDON, Président du STRRES (entendez Syndicat National des Entrepreneurs Spécialistes des Travaux de Réparation et de Renforcement des Structures) ;

Monsieur Jean Armand CALGARO, Vice-Président du STRRES ;

Et Le Professeur Jean Pierre MAGNAN (qui est dans la salle) de l’Institut Français des sciences et des technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux (IFSTTAR) ;

Et enfin, je voudrais dire un sincère merci à Monsieur Patrice N’GAGNON, Président d’honneur de l’ALBTP, qui a pris donc l’initiative qu’on puisse mettre en place ces différents guides.Merci donc pour vos contributions et nous comptons sur vos expertises pour la suite de nos travaux.

Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs, au terme des travaux des présentes assises, nous sommes en droit d’espérer que les laboratoires et les géotechniciens africains poseront, en ce qui les concerne, les bases de l’émergence de notre continent et de nos pays.

Avant de terminer mon propos, permettez-moi, Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs, d’exprimer mon voeu de plein succès aux présentes assises et de renouveler nos remerciements et notre infinie gratitude au peuple frère du CAMEROUN pour l’hospitalité dont nous avons fait l’objet depuis notre arrivée dans ce beau pays. Je vous remercie pour votre aimable attention.

Dr KOUAKOU KOFFI Amédé

PRESIDENT DE L’ALBTP

DIRECTEUR GENERAL DU LBTP Côte d’Ivoire